Le plus grand message d’amour que vous n’ayez jamais lu :

8465afdb-cc39-42e6-a255-f4ca7411b4ed-218 Avril 2017

Si nous mettions plus de rationel dans la plus irrationnelle des valeurs : l’amour ? Dans la fine couche d’atmosphère peuplée depuis hier matin de 7 milliards d’habitants aspirants chacun à notre mode de vie occidental, l’amour du prochain devrait être plus qu’un vague sentiment. Le désordre menace et notre philosophie des lumières devrait s’émanciper plus avant qu’il y a 250 ans : En ce début de siècle et pour chacun d’entre nous, une autocritique scientifique de notre propre mode de vie doit être un élément structurant de l’amour envers ses semblables : il reste peu de temps pour un sursaut citoyen car les 5 prochaines années sont la dernière chance de respecter les 2°C de l’Accord de Paris.

Mon fil d’actualité Facebook est saturé par des messages d’amour universel postés régulièrement par des amis… Pas un seul jour sans que je ne puisse y voir un article psycho ou une citation new age, expliquant comment se connecter réellement à son environnement, à ses semblables, à son Moi intérieur, expliquant l’amour planétaire qui doit nous sauver, ou comment être en harmonie amoureuse avec l’univers…

Mais pour vraiment « aimer », Il nous faut « comprendre ».  Et pour « comprendre », nous avons besoin de raison:

100 % de la communauté scientifique explique que nous devons rester en dessous des 2°C de changement climatique planétaire si nous voulons avoir une chance de vivre dans un monde en paix les prochaines décennies.

Hors, en 50 petites années, dans notre fine couche d’atmosphère à l’épaisseur proportionnelle de la peau d’une pomme, nous avons déjà rejeté prés de la moitié du carbone fossile qui avait mis un demi-milliard d’années à s’accumuler dans les sous-sols.

Pour respecter l’accord de Paris, il nous faut en 30 ans diviser les émissions de gaz à effet de serre annuelles par 3 à l’échelle planétaire, c’est-à-dire au moins par 5 ou par 6 en ce qui concerne l’Europe. En 2015, il était indispensable que cet accord soit signé par les gouvernements  – parfois heureusement sans vraiment réaliser ce à quoi ils agréaient – mais un an et demi après, nous ne sommes pas du tout sur la bonne trajectoire ni ne montrons l’exemple au monde. Il y a un décalage total entre les politiques nécessaires des 32 prochaines années pour décarboner l’Europe, et le débat/l’action politique d’aujourd’hui (1). (voir plus bas le « Manifeste pour décarboner l’Europe » signé par des personnalités du monde économique (2) )

Chacun d’entre nous a du mal à visualiser la vraie origine du problème : n’est-ce pas la faute des grandes et moyennes compagnies qui polluent beaucoup plus que moi ?? Une chose est sûre, les produits et services produits par ces compagnies, ne sont pas produits pour les martiens, ni ne sont envoyés sur la Lune : Le mode de vie de 99 % des occidentaux, pas seulement celui des riches, produit beaucoup trop de CO2.

Si tu prétends aimer ton prochain : Fais ton bilan carbone. Tu trouveras ci-dessous plusieurs outils en ligne pour le faire rapidement. Et tu vas tomber de ta chaise devant tes résultats. Alors que tu pensais etre écolo.

Ou alors, si l’on continue à émettre des gaz à effet de serre sur les trajectoires actuelles, le monde de guerres climatiques vers lequel on se dirige signifie que quelques chanceux trouveront leur chemin à l’écart du chaos, et qu’une grande partie des humains sera condamnée à une certaine misère. (Les effets du changement climatique seront bien pire que ceux des autres formes de pollution)

Et nous pouvons alors espérer faire partie des chanceux, mais voici mon postulat:

Avoir conscience de ces dangers, et en même temps NE PAS vouloir calculer en detail tes émissions de gaz à effet de serre personnelles annuelles, pour bien les comprendre, en prendre toute la proportion et la mesure, et imaginer des solutions pour les réduire collectivement, est probablement l’acte le plus égoïste et misanthrope de tous les temps.

Le manque de confiance passager envers la démocratie n’est plus une excuse. Des solutions économiques et politiques existent mais elles commencent à peine à être discutées. Cette réflexion n’est pas encore stimulée par l’opinion publique ou l’université, et le temps tourne très vite.

Vous ne pouvez pas faire ça. Vous ne pouvez pas finir cet article et passer au suivant en pensant « hmm ouais, je calculerai mon bilan carbone ‘un jour’… », et prétendre en même temps que vous êtes une personne aimante, emphatique, envers vos semblables. Ou si vous faites cela, vous ne faites que semblant d’être une personne aimante envers vos semblables. Car pendant que nous discutons, toutes les 90 secondes un être humain qui n’a rien demandé meurt du changement climatique à cause des émissions de carbone que nos machines de toutes sortes crachent dans l’atmosphère. Toutes les 10 secondes, un habitant doit quitter sa maison pour la même raison. Pour chaque heure que je passe dans un avion, un être humain meurt du changement climatique une heure plus tôt, à cause des émissions que mon siège d’avion provoque individuellement pendant cette heure d’avion (un quart de tonnes de CO2 équivalent par passager et par heure) Mais ces petits désagréments actuels sont bien ridicules comparé au chaos à venir quand, vers 2050, la température moyenne d’une après midi d’été européenne sera d’environ 43°C.

Bilan Carbone Personnel :

Si vous êtes un européen moyen gagnant par exemple autour 2000 € par mois, votre mode de vie est responsable de 10 tonnes de CO2 équivalent (le double pour un nord-américain), et pour avoir une chance de respecter les accords de Paris, vous devez diviser vos émissions au moins par CINQ d’ici 33 ans, c’est à dire 1,5 à 2 tonnes, soit la ligne rouge :exemple de bilan carbone
C’est une vue de l’esprit, commune aujourd’hui, de croire que nos émissions d’Européens seraient déjà sur la voie de la décroissance : des courbes montrant cela ne comptent que les émissions métropolitaine, sans prendre en compte les émissions de nos produits importés de Chine et d’ailleurs. Et le graphique ci-dessus n’est qu’une pale estimation si l’on compte les émissions des larges destructions de forêts dont nos consommations sont à l’origine, par exemple en Amazonie (céréales pour le bétail de l’EU) ou en Indonésie (huile de palme).

Le chaos déjà présent dans certaines parties du monde, guerre au Darfour, guerre et crise migratoire syrienne (3) , et récement, famine de 2017 en Afrique de l’Ouest(4), etc, est directement lié à des sécheresses extrêmes dues au changement climatique.

Dans mon entourage, certains pensent que c’est difficile de réduire autant, mais c’est notre seul futur. Certains pensent que notre condition économique est médiocre ? En 250 ans notre espérance de vie est passé de 23 ans à 83 ans ! (5) et continue encore (pour l’instant) d’augmenter. D’autres pensent que la technique doit tout résoudre, mais, même avec toute la technique du monde, un enfant de quatre ans ne peut exiger de ses parents de l’emmener à la plage, alors que c’est l’hiver et qu’il pleut. Croire que la toute-puissance du progrès peut tout résoudre en claquant des doigts, c’est précisément la croyance qui a conduit par le passé des civilisations vers l’effondrement.

Certains se demandent si la science climatique des prochaines décennies est bien claire car nous n’arrivons pas à prédire la météo de la semaine prochaine : mais personne ne critique le biologiste ne pouvant prédire quand la prochaine feuille de l’arbre va tomber. Pourtant, l’arbre aura bien perdu toutes ses feuilles à la fin de l’automne.

Le Shift-Project, organisation ayant pour but de sauver la planète, vient de sortir un Manifeste pour décarboner l’Europe, dont l’humble dessein est simplement de respecter l’Accord de Paris sur le climat. Soutenu par de nombreux acteurs du monde économique, ils cherchent à influencer la politique française et européenne. Car c’est la France qui doit pousser l’Europe à la décarbonation de l’économie, et c’est l’Europe qui doit pousser le monde. (Pas vraiment l’Amérique de Trump. Et selon le chercheur de la NASA James Hansen : Obama avant lui n’avait pas fait grand-chose)

Et c’est maintenant. Dans 5 ou 10 ans il sera trop tard pour convaincre le monde de respecter l’Accord de Paris. Car pour décarboner l’économie occidentale il faut réduire les emissions de 5 % par an sur 32 ans. C’est à dire déjà, pour donner une idée, un taux équivalent à la décroissance énergétique durant la crise de 29.

Qu’aurai été la révolution industrielle si les sous-sols terrestre n’avaient pas emmagasiné pour nous le carbone fossile d’un demi milliard de saisons? La révolution industrielle sans les hydrocarbures aurait été beaucoup plus lente. C’est grâce au carbone fossile que nous devons aujourd’hui notre modernité fulgurante de ce dernier siècle. Mais c’est est aussi un cadeau empoisonné de la nature. Et donc un premier test pour l’humanité en tant qu’espèce. La conséquence sera la poursuite de la philosophie des lumières, ou le retour de l’obscurantisme. Du haut de notre modernité, contemplons notre connaissance accumulée depuis l’horizon des temps. Avons-nous grandi ? S’il vous plaît, signez le manifeste : http://decarbonizeurope.org/

Alexandre Flet – Avril 2017

[Mise à jour 19 avril :] «Il est temps de se rendre compte qu retweeter greenpeace ne diminue pas votre empreinte carbone» explique Jonathan Pie dans son discours de 110 millions de vues du jour de l’élection de Trump … Les politiques ne vont pas faire «le job» jusqu’à ce que 51% de la population soit convaincue que «le job» (décarboner l’économie de 5% par an, à partir de l’année prochaine) est la priorité numéro un, au-delà du pouvoir d’achat et de l’énergie pas cher. C’est peut-être 3% de la population qui est convaincue aujourd’hui. Bien sûr, tout le monde est totalement d’accord avec la vague «idée» de régler le problème du climat, mais ils ne sont pas encore prêts à vouloir voir 60% du débat politique à ce sujet. Ils souhaitent plutôt voir 70% du débat politique parler du pouvoir d’achat et de la relation, et 3% du temps à parler du climat. Voilà le problème. Ainsi, «votre job» consiste à trouver toutes les idées que vous pouvez imaginer, pour que ces 51% se produisent. Decider les personnes autour de vous, dans cette civilisation, à faire le calcul de leur empreinte carbone en ligne, et aussi, les explications sur la courbe des émissions globales, sont des clés dans cette prise de conscience.

.

*** CALCULATEURS DE BILAN CARBONE EN LIGNE : ***

-> Pour les résidents en France : LE MICMAC. Pour la France c’est l’un des outils les meilleurs et les plus détaillées. Il comptabilise tous les gaz à effet de serre, ce qui n’est pas le cas de la plupart des calculateurs.

Pour d’autres pays, voici quelques calculateurs rapidement trouvées sur le web. Mais si vous connaissez d’autres outils intéressants ou meilleurs pour les pays cités ou pour d’autres territoires, faites-le moi savoir et je modifierai cette liste (Contact mail alexandrerlchp—gmail—com) :

-> en Allemagne : http://www.uba.co2-rechner.de/de_DE/living-hs#panel-calc

-> au Royaume-Uni : http://footprint.wwf.org.uk/home/calculator_complete

-> aux États-Unis : http://www.nature.org/greenliving/carboncalculator/ ou bien http://coolclimate.berkeley.edu/calculator

– Pour les autres pays, vous pouvez probablement trouver des calculateurs, en recherchant le web dans votre langue, et le plus précis sera l’outil que vous trouvez, le meilleur ce sera. (Il y a d’énormes disparités de pertinence selon les sites)

-> Mise en garde : Certains de ces outils peuvent être liés à des ‘business de compensation carbone’ qui vous propose de payer pour soi-disant « annuler » vos émissions : Ne faites pas cela ! D’abord il n’y a absolument aucune garantie sur le long terme, ce qui n’a pas de sens, et ensuite il y a beaucoup de soucis de principe, de méthodologie, de domination occidentale, et de non-sens dans ce type d’activité : Lire « La « neutralité » carbone, drôle de bonne idée ou belle escroquerie ? »

.


  1. Par exemple les quelques vagues propositions sur l’isolation des bâtiments de tous les candidats à l’élection présidentielle française de 2017, quand on décortique les programmes, sont encore à des années-lumière de la véritable politique d’isolation des logements nécessaires qui est décrite dans les neuf propositions du Manifeste pour décarboner l’Europe, et il en va de même pour les autres domaines de la décarbonation. Les candidats n’ont pas vraiment de piste pour décarboner en divisant par 5: Aucune projection vraiment claire pour la décarbonation de l’économie dans les trois prochaines décennies, et encore moins de propositions chiffrée pour y arriver. Il ne s’agit pas ici de faire un procès d’intention aux candidats, mais simplement, comprendre qu’il n’y a pas encore de vrai mobilisation citoyenne sur le sujet. De plus, il faut arrêter avec les terminologie politique vague comme le « développement durable », ou encore la « transition énergétique » (même si c’est déjà beaucoup mieux). Il faut maintenant appeler un chat un chat, le sujet n’est pas le développement durable ni la transition énergétique qui peuvent prendre de nombreux sens selon les personnes qui emploient ces mot, le sujet c’est la « décarbonation »! Il est vrai que la majorité des candidats ont répondu par courrier ou manifeste de manière argumentée mais ils ne s’engagent pas, comme demandé, «à plaider avec détermination au sein du Conseil européen pour que celui-ci adopte avant 2020 une stratégie et un plan d’actions à la mesure de l’Accord de Paris, capables de permettre à l’Union européenne de parvenir à un niveau d’émissions nettes de gaz à effet de serre aussi proche que possible de zéro en 2050 »  

  2. Manifeste pour décarboner l’Europe : http://decarbonizeurope.org/ 

  3. A cause du changement climatique, les scientifiques prévoient, depuis 20 ans déjà, un assèchement du pourtour méditerranéen : Interview de Jean-Marc Jancovici et Corinne Lepage sur LCI : https://www.youtube.com/watch?v=H2W1Sa7FtEY&feature=youtu.be&t=1406 

  4. “Crise humanitaire : « Dans les pays d’Afrique confrontés à l’insécurité alimentaire, le changement climatique est devenu un facteur quasi permanent. »” -> http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/21/crise-humanitaire-nous-avons-echoue-a-prevenir-les-famines-en-afrique_5098172_3212.html 

  5. Voilà le graphique, qui mesure, de manière beaucoup plus pertinente que le PIB, notre santé économique : Espérance de vie française entre 1750 et 2016 passant progressivement de 23 à 83 ans :France-1740–2015-longévité(http://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/graphiques-cartes/graphiques-interpretes/esperance-vie-france/)  

Solution Equitable Pour un Impôt Carbone International: Le Reverser À la Chine.

24 Novembre 2015

Si l’on applique une ‘taxe carbone’ à la frontière, sous prétexte que le pays exportateur taxerait moins le carbone dans sa propre économie, il n’est pas équitable que le pays importateur garde pour lui le produit de cette taxe. Cela peut paraître étonnant, mais il est plus logique de le reverser au gouvernement du pays exportateur! Explication:

De nombreux états du monde parlent, toujours vaguement, d’une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d’un certain pourcentage à une certaine échéance, mais encore faut-il avoir les outils politiques pour la réaliser. Et les emissions continuent toujours d’augmenter. Une veritable et profonde réflexion sur ces outils est encore extrêmement pauvre alors qu’il s’agit du plus important enjeu politique du XXIe siècle.

L’impôt (ou Taxe) Carbone:

Parmi ces outils, le plus en vue, et probablement le plus efficace et simple car le plus ‘systémique’, est une ‘taxe’ sur les émissions de GES (1), communément appelé ‘taxe carbone’, ‘taxe’ progressive augmentant fortement d’année en année, qui permettrait de diviser par 6 nos émissions de gaz à effet de serre à l’échéance 2050 (2) de façon à rester sous la barre des 2°C d’augmentation de la température planétaire. (Division par 6 pour les Européens, plus ou moins pour les autres pays) Cet outil est déjà en place dans de nombreux pays mais à des taux vraiment trop faible au regard de l’objectif à atteindre. Cet outil s’apparente à une ‘taxe’ puisqu’il s’agit d’un pourcentage ajouté sur le prix d’un produit ou service en fonction des émissions émises pour sa realisation. Néanmoins le terme de taxe pose problème. D’une part il n’est pas assez fort. D’autre part son sens commun pour les électeurs signifie ‘quelque chose en plus à payer’ ce qui n’est pas le cas ici. Et nous avons besoin de termes et de mesures politiques extrêmement claires afin que tous les électeurs les comprennent et les acceptent. (voir l’article détaillé: La Taxe Carbone N’est Pas Une Taxe)

PROBLEME:

Cet impôt carbone, est de loin l’outil qui semble être le plus simple et efficace (bien plus que les quotas) pour empêcher le changement climatique… (voir l’article détaillé) …Mais il y a un gros problème, car les différents pays du monde n’appliqueront très probablement pas tous le même taux de taxe carbone (s’ils en appliquent un)… Et puisqu’une taxe carbone progressive vers un taux fort (3) rendrai les diverses productions du pays/continent qui l’applique trop peu compétitif sur le marché mondial, et entraînerai alors encore plus de délocalisations vers des pays ou l’énergie n’est pas chere, et qu’en conséquence, cela est souvent évoqué, il faudrait alors comptabiliser/estimer/appliquer cette taxe carbone aux frontières sur tous les produits entrant dans le territoire appliquant la taxe, le problème serait alors, et cela a été évoqué aussi, que cela contredit les accords d’échange de l’OMC…

SOLUTION:

…À moins que l’on ne propose de reverser la dite ‘taxe carbone’, comptabilisée à la frontière sur les produits venants d’un pays exportateur… au gouvernement de ce pays!

EXPLICATION:

Si l’on ‘taxait’ progressivement très fortement les produits chinois à fortes emissions de GES arrivant en Europe, la chine ne serait pas d’accord. Et elle aurait raison de ne pas être d’accord, car l’immense produit de cette ‘contribution’ est censé être redistribué d’une manière ou d’une autre a la parti non polluante de l’économie, ou aux citoyens… Et la Chine argumenterait que cela est injuste puisque le produit de cette ‘contribution’ prélevée sur leurs produits exportés vers l’Europe resterait alors en Europe!

Il conviendrait alors de proposer à la Chine de leur reverser le produit de cet impôt carbone comptabilisé sur leurs produits arrivant en Europe, montant reversé directement a l’état chinois. La chine pourrait utiliser alors cet argent pour diminuer d’autres impôts, en fait, le reverser à la partie non polluante de son économie, ou à ses propres citoyens. Cela serait alors beaucoup plus juste, et la Chine aurait beaucoup plus de chance d’accepter le deal. Puisque que la moitié de l’économie chinoise ce sont des exportations, cela permettrait d’imposer implicitement une ‘taxe’ carbone à la Chine. Et ainsi de meme pour chaque pays important des biens en Europe. (4)

CONCLUSION:

Chaque pays ou groupe de pays pourrait alors comme bon lui semble commencer à appliquer à son économie son propre niveau de taxe carbone au niveau qu’il pense être le bon pour lui et pour la planète. Il taxera alors aussi les importations à la mesure de sa taxe locale, mais de manière équitable, c’est-à-dire en reversant à chaque pays importateur les recettes de l’impôt ainsi comptabilisées à la frontière sur les produits venant de cet importateur. Voici une bonne manière d’harmoniser l’économie mondiale au sein de laquelle les différents pays ou continents pratiqueraient différent niveaux d’impôts carbone.

Aujourd’hui, parmi les quelques pays qui ont déjà commencé à appliquer une contribution (taxe) carbone, celle-ci est beaucoup trop faible et partielle pour réellement décarboniser l’économie. Et si les gouvernements n’ont pas voté un impôt plus importante, c’est probablement en partie parce que cela désavantagerait leurs économies sur le marché mondial! Ce n’est que lorsqu’on aura décidé d’équilibrer équitablement ces impôts à l’international que les états pourront décider de lancer les impôts beaucoup plus importants nécessaires. Les politiques ne prendrons de véritables decisions pour efficacement réduire les emissions que s’ils ont une vision claire de comment organiser politiquement et internationalement ces reductions. Ce qui est loin d’être le cas actuellement. Une profonde réflexion internationale sur ces outils économique s’impose.

Note sur la politique passée : Pourquoi kyoto n’a pas marché

En 1997 la plupart des pays ont votés une résolution novatrice à Kyoto mettant en place des quotas de carbone, avec un objectif de réduction de 5 % des emissions en 2012 par rapport à 1990. L’objectif était encore très insuffisant. Il s’agissait seulement de gravir la première marche de l’escalier de la decarbonisation de notre civilisation. Force est de constater qu’à l’issue de la période, même cette première marche n’a pas été franchie! …même si beaucoup de monde prétend le contraire: La plupart des pays européens n’ont pas réduit leurs émissions comme promis a Kyoto, car en réalité ils ont DÉLOCALISÉS une grande partie de leur consommations vers la Chine ou d’autres pays: Si l’on divise les émissions de GES qui ont lieu à l’intérieur de l’Europe par la population européenne on a l’impression que le Kyoto a fonctionné, que ces émissions ont été réduites comme le prétendent certains. Or cela ne marche pas comme ça: Il faut compter les émissions réelles des Européens incluant les produits de consommation qu’ils importent venant d’autres pays comme la Chine. Alors à ce moment-là on constate que les émissions de gaz à effet de serre par européen à continuer à augmenter, et continuent encore d’augmenter aujourd’hui. …Alors que depuis maintenant 10 ans les politiques réaffirment à chaque élections qu’il faudra effectivement diviser par 4 ou par 6 nos émissions d’ici 2050. C’est une hypocrisie politique dangereuse qui faut combattre grace à l’éducation: Mesures Politiques Urgentes Pour L’éducation À L’énergie Et Au Climat

Alexandre Flet – Novembre 2015

Unknown-3compr


  1. Article détaillé: L’IMPÔT MASSIF SUR LES RESSOURCES (ou Taxe Carbone), Nouvelle Religion du 21ème Siecle.
     

  2. Par 2 à l’échelle de la planete, Mais par 6 pour les Européens… Chaque Européen émet de l’ordre de 3 tonnes d’équivalent carbone par an, qu’il faut ramener à 500 kilos en 2050, le « facteur 4” est donc insuffisant, il faut parler d’un facteur 6: https://fr.wikipedia.org/wiki/Facteur_4#Pourquoi_le_.C2.AB_facteur_4_.C2.BB_.3F
     

  3. plusieurs milliers d’euros par tonne équivalent carbone à l’issue de l’augmentation progressive en 2050… Loin des microscopiques taxes carbone aujourd’hui appliquées par certains pays et qui n’ont quasiment aucun effet à l’échelle de la décarbonisation nécessaire.
     

  4. cela sera parfois complexe a calculer quand des produits sont fabriqués dans une chaîne parcourant plusieurs pays, et parfois par des travailleurs n’étant pas forcément des locaux. Mais si il y a moins d’impôts qui pèse sur le travail alors il y aura besoin de moins de comptables dans ce domaine et plus de comptable pourrons travailler dans le calcul des Impôts sur le carbone, les différents gaz effet de serre et les ressources naturelles.
     

Mesures Politiques Pour l’Éducation à l’Énergie et au Climat.

Unknown-2-compr

26 novembre 2015

Certains ont décrit la conférence de Paris du mois de décembre 2015 comme la dernière chance pour sauver la planète. Malheureusement il sera très difficile pour les politiques de véritablement prendre les mesures nécessaires, c’est à dire faire voter un impôt sur le carbone très fort et progressif, tant que nous, citoyens et électeurs, resteront aussi mal éduqué au problème de l’énergie et du climat. Ceci n’est pas la faute des lobbys ou des politiques:

L’éducation progresse mais cela prend du temps. Trop de temps. Dans notre civilisation sans limite où tout va très vite, voici quelques mesures politiques indispensables pour accélérer l’éducation des citoyens au problème de l’énergie et du climat. Pour qu’ils puissent ensuite comprendre et accepter les très ambitieuses mesures politiques nécessaires.

MESURE 1: Bilan Carbone Personnel Détaillé Pour Tous les Collégiens, Lycéens Et Etudiants

Parmi les instruments mesurant nos émissions de carbone, le plus détaillé est probablement le Bilan Carbone Personnel créé par l’ADEME:  http://www.bilancarbonepersonnel.org ( Un bilan carbone personnel qui prend tout en compte, « des achats de chaussures aux vacances au ski, en passant par le chauffage et les biftecks. » (1) ) Il permet en une petite heure de calculer au gramme près ses émissions de GES émises pendant l’année: L’effet est implacable sur la plupart des gens: La plupart d’entre nous pensent être toujours plus écolo que la moyenne, et beaucoup plus écolo «que toutes ces grandes compagnies qui polluent!» (Elle polluent parce ce que nous voulons toujours plus de produits moins chers) Vous roulez à vélo et mangez bio donc vous croyez que vous n’êtes pas concernés? Faites votre Bilan Carbone Personnel et en regardant les résultats vous allez recevoir une bonne claque. Avion, Logement, Chauffage, Produits de consommation… La particularité importante de cet instrument, et qui le rend unique, et que les résultats sont divisés en plusieurs couleurs et catégories, ce qui permet d’avoir une vision precise sur ses emissions. Cet instrument n’existe que pour les personnes individuelles et pour la France, mais il faut qu’il soit développé dans chaque pays du monde, et pour permettre de calculer et d’observer non seulement le bilan carbone d’une personne mais aussi celui d’une famille. Ainsi chaque lycéens de Europe (et dans le monde) pourrais simplement calculer le bilan carbone de sa propre famille en allant demander à ses parents les factures de chauffage, d’essence et diverses bricoles… En 2007, Nicolas Sarkozy demande de faire lire chaque année, dans tous les lycées de France, la lettre de Guy Moquet (2), soldat de 17 ans fusillé pendant la seconde guerre mondiale, sous le prétexte que la ‘mémoire’ éviterait de futures guerres… Il sera beaucoup plus utile, pour éviter les guerres, à la place de la lettre de Guy Moquet dont les enseignants ne veulent pas, d’obliger tous les lycéens à faire le bilan carbone de leurs famille. (ainsi que les collégiens et les étudiants) (3) Cela fait 20 ans que l’on espère que les bonnes décisions soient prises pour limiter le changement climatique, et 20 ans que les émissions mondiale de GES continuent d’augmenter chaque année. Appliquons cette mesure dans toutes les écoles et universités du monde, et deux ans plus tard nous aurons 3 fois plus de chance que les bonnes décisions politiques soient prises au niveau européen et mondial.

MESURE 2: Créer une nouvelle matière « Énergie et Climat”, enseignée dans toutes les écoles.

Nous avons bien inventé le service militaire obligatoire à certaines époques pour permettre aux citoyens de défendre leur nation le moment venu… Alors pourquoi ne demanderait-ont pas aux collégiens, lycéens et étudiants de passer une heure par semaine sur un problème qui menacent notre civilisation? Allemagne, pays le plus riche d’Europe, banlieue de Munich, une des régions les plus riches d’Allemagne, des amis de 18 et 19 ans fraîchement sortis du baccalauréat, très éveillées et intelligentes, venant d’un bon lycée, me disant, lorsque je leur parle du problème de l’énergie et du climat: « Mais le pétrole il se reforme automatiquement dans la roche, non? » Ouch. Si une telle ignorance sur le plus grave des sujet est possible dans des catégories socio-culturelles élevées, c’est qu’il y’a un très très très très très gros problème d’éducation, et il est extrêmement urgent d’y remédier.

Il faut enseigner l’étendue de la catastrophe climatique à venir, de manière beaucoup plus convaincante qu’actuellement. (Article détaillé)

Il faudrait aussi enseigner à tous les collégiens, lycéens et étudiants, L’ÉQUATION DE KAYA: Cette equation permet de comprendre facilement l’évolution des émissions mondiales de CO2 en les exprimant comme le produit de 4 facteurs: la population, le PIB par habitant, l’intensité énergétique et le contenu en CO2 de l’énergie consommée: Article avec application animée  …En bas de l’article, il y a une animation permettant de faire varier manuellement les différents paramètres de cette équation. Ce type d’outil pédagogique doit se multiplier. Ils permettent, en quelques secondes, de constater deux choses: A quel point nos modes de vie actuels sont insoutenables. Et deuxièmement que nous ne sommes pas DU TOUT sur la bonne trajectoire pour les rendre soutenables.

Par exemple, voici une prolongation des tendances actuelles
(Tendances actuelles: note (4) )…Screen Shot 2015-11-26 at 10.59.50

…qui fait froid dans le dos: Une multiplication des emissions mondiales par près de 3 en 2050 alors que nous devons les diviser par 3: Les hommes sont actuellement dans une trajectoire diamétralement opposé à celle qu’ils doivent prendre pour limiter la hausse à 2ºC comme Ils l’ont décidé il y a deja 6 ans en 2009 à Copenhague. (5)

Et voici un exemple de tendances que l’on peut imaginer pour sauver la planète:

Screen Shot 2015-11-26 at 03.21.21

(Il faut un peu moins de croissance, se débrouiller pour multiplier par 3 ou 4 la baisse de l’intensité énergétique de l’économie au niveau mondial, relancer d’urgence la baisse du contenu en CO2 de l’énergie mondiale consommée (arrêter de construire des centrales à charbon immédiatement!) )

MESURE 3: Interdire la Compensation Carbone

Il faut immédiatement et catégoriquement interdire à toute entreprise (la plupart du temps, de transport) de proposer des compensations carbone aux particuliers pour leur donner bonne conscience: Il s’agit d’interdire la case « neutraliser les émissions de CO2 de votre trajet pour un euro de plus » lorsqu’on réserve son ticket d’avion ou de train. Cela ne veut pas dire qu’il faille arrêter pour autant de financer des projets alternatifs de réduction des GES dans des pays ‘en développement’, mais il faut organiser cela au niveau des états ou des entreprises, et interdire d’en faire un commerce pour les particuliers:

Comment voulez-vous que les citoyens acceptent que des lois soit votées pour payer des impôts de plusieurs centaines d’euros demain sur les gaz à effet de serre (GES), alors semble possible d’effacer les émissions de carbone des trajets en avion ou en train pour 1 € supplémentaire? …Les compagnies aériennes vous proposent de financer quelques projet de réduction des GES dans des pays qui n’en émettent déjà pas beaucoup: Nous sommes 20% de riches à émettre 80% des GES. Et nous prétendons demander à ceux qui émettent les 20 % restants d’émettre encore moins… Cela anesthésie gravement les citoyens et la politique, donnant la dangereuse impression que le changement climatique est un problème infiniment petit: « le changement climatique? Bah il suffit de rajouter 1 € pour résoudre le problème!! C’est donc la faute des multinationales et des gouvernements qui ne font aucun effort! » Que Yann Arthus Bertrand décide de compenser les émissions occasionnées lors du tournage en avion de ses documentaire sur la planète, en finançant des projets de réduction des GES, là n’est pas le problème, c’est peut-être une bonne chose. Le problème est qu’il déclare publiquement et fièrement qu’il compense ses emissions pour quelques euros, et encourage les citoyens faire de même lorsqu’il prennent un avion. Ces quelques compensations très bon marché sont trompeuses. Elles fonctionnent uniquement parce qu’elles sont très marginales à échelle de la planète. Elles nous empêche de prendre les ambitieuses décisions politiques nécessaires.

Dans certains pays comme l’Allemagne, des programmes similaires de neutralisation carbone sont proposés pour le train: Deutsche Bahn propose que pour un euro de plus votre trajet en train ne soit alimenté que par l’électricité renouvelable. Ceci est totalement est mensonger. L’électricité est la même pour tous les passagers, et pour tout le réseau électrique! Pour que cela ai du sens, il faut que vous descendiez du train quand le vent tombe. (au moment où les éoliennes allemandes s’arrêtent) Et vous ne pourrez remonter dans le train, éventuellement, que si le vent se remet à souffler… De plus là encore, prétendre n’utiliser que l’électricité renouvelable du réseau, cela ne fonctionnent que parce qu’elle est minoritaire sur le réseau (Même si l’Allemagne a investi 300 milliards d’euros dans les renouvelables, les éoliennes ne représente que 10% de son électricité. Et l’électricité éolienne est tellement intermittente quelle déstabilise le réseau électrique européen donc en proportion elle ne pourra pas être augmentée davantage.)

Il faut interdire aussi la publicité de produits industriels les présentant comme superbement écologiques (typiquement la voiture hybride) Interdire d’afficher en énorme sur des voitures électriques des slogans mensongers “ZERO CO2″: Combien savent en Allemagne, que les émissions de GES d’une voiture électrique sont en fait exactement les mêmes que celles d’une diesel? (et en France, aussi tout de même la moitié d’une diesel, donc loin de zero) (Les émissions ont lieu au niveau de la production d’électricité au lieu de sortir du pot d’échappement: source)

MESURE 4: Subventions massives de documentaires et publicités pédagogiques détaillés, et dans d’autres medias, pour l’education au climat et l’énergie

Il faut une éducation massive à l’énergie car elle est le sang de notre économie. Les connaissances des citoyens en general sont très partielles voire nulles en la matière. Le sujet est un peu complexe mais apprivoisable. Il est impossible de vivre ‘comme maintenant’ avec des énergies propres qui remplaceraient les fossiles au meme niveau de consommation. (6)
C’est une méconnaissance des électeurs sur l’énergie, qui fait qu’en ce moment même en Allemagne, 20 Gigawatts de gaz et de charbon sont actuellement en construction pour remplacer 20 Gigawatts de nucléaire. (7) (8) Cela handicape aujourd’hui gravement les discussions sur la decarbonisation de l’économie en Europe. (Et le débat sur l’électricité nucléaire sera indissociable du débat sur la quantité d’énergie que l’on veut consommer (9) )

Pour engager le déverrouillage des systèmes économiques, il faut d’abord le déverrouillage des consciences. Bien avant des lois fortes, la chose la plus facile a changer c’est l’éducation. Plus le temps passe où nous continuons a ne quasiment rien changer de nos modes de vie et de reflexion, plus la possibilité d’une transition violente se profile. Et c’est en particulier à nous, occidentaux, de montrer l’exemple car nous avons commencé à nous developer avant. Il faut plaider pour une application massive et rapide de mesures éducatives telle que ci-dessus. Et ensuite – peut-être 2 ou 4 années plus tard – les ambitieuses lois nécessaires passerons dans les assemblés du monde comme une lettre à la poste.

Alexandre Flet – Novembre 2015

Unknown-2-compr


  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_carbone_personnel
     

  2. http://content.time.com/time/world/article/0,8599,1674710,00.html
     

  3. HARALD WELZER « Les guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle” – http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Foli o-actuel/Les-guerres-du-climathttp://www.sortirdupetrole.com/livres/124-les-guerres-du-climat
     

  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Équation_de_Kaya#Utilisation
     

  5. 2ºC de hausse des temperatures mondiales en 2050: Hausse maximum pour avoir des chances de garder un monde en paix, Hausse au delà de laquelle les scientifiques prédisent de nombreuses catastrophes climatiques imprévisibles, et hausse maximum décidée à Copenhague en 2009 par les gouvernements du monde.
     

  6. Nous pensons parfois que la technologie va nous sauver, mais il y a une grande différence entre la technologie et l’énergie. Si la technologie a fait des progrès miraculeux et exponentiels, l’énergie a fait relativement peu de progrès depuis la Préhistoire: Les premiers hommes utilisaient le feu et aujourd’hui nous utilisons toujours la combustion du carbone, du charbon du gaz, du pétrole, et encore du bois, pour 80% de notre production énergétique mondiale… Les énergies renouvelables ne remplaceront jamais, à l’échelle de la planète, nos énergies fossiles, au niveau de nos consommations actuelles. (À moins d’une improbable et miraculeuse découverte scientifique demain permettant de stocker très efficacement l’électricité pour très peu de ressources en matériaux)
     

  7. « Germany – Insane Or Just Plain Stupid? » http://www.forbes.com/sites/jamesconca/2012/08/31/germany-insane-or-just-plain-stupid/
     

  8. «Allemagne. L’adieu au nucléaire ressuscite les centrales au charbon» http://www.courrierinternational.com/chronique/2012/09/05/l-adieu-au-nucleaire-ressuscite-les-centrales-au-charbon
     

  9. A lire d’urgence! -> Version anglaise: Discussing a couple common statements on nuclear energy – Version française: A propos de quelques objections fréquentes sur le nucléaire civil – …Et les projets (meme officiels) de remplacements de l’électricité «au même niveau de consommation» et «sans fossile et sans nucléaire» sont fantaisistes: Vivre comme maintenant avec juste des renouvelables ?
     

Un impôt Massif Sur Les Ressources (Taxe Carbone), Nouvelle Devise du 21ème Siècle

25 novembre 2015

Le monde parle depuis 20 ans de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) mais celles-ci continuent toujours d’augmenter. La réflexion sur les outils politiques pour réduire nos emissions doit être le sujet politique majeur du début du XXIe siècle. Cette réflexion est encore extrêmement pauvre.

Cet article explique brièvement pourquoi il faut recentrer massivement l’impôt sur le carbone et les ressources naturelles, plutôt que sur le travail des hommes. Je pense que c’est la seule manière de sauver cette planète. Il propose aussi quelques idées originales. Et il démontre aussi, indépendamment de sa nécessité, que cette ambitieuse métamorphose économique rendrait notre vie de tous les jours meilleure pour tous les citoyens.

POURQUOI ?

Comme il a été maintes fois expliqué (1), la subvention des actions vertueuses ne fonctionnent pas dans nos économies de marché: 2 exemples: La meilleure isolation des logements n’a rien changé à la consommation de chauffage parce qu’en meme temps, la surface de logement par personne à augmenté de 50% sur les dernières décennies. Les voitures, trains et meme avions, sont plus économes qu’avant en énergie, mais nous faisons voyager toujours plus de marchandises et de personnes… Pour ce qui est des réglementations, elles ont le même problème ci-dessus que les subventions, elles peuvent accompagner un impôt croissant sur le carbone, mais à elles seules, elles ne réduiront pas nos émissions. De plus avec la réglementation, seul le gouvernement ‘réfléchit’ à la meilleure manière de réduire les émissions. Alors qu’avec l’impôt carbone c’est tout le monde qui réfléchit à la meilleure manière de réduire telle ou telle émissions!

D’autre part, l’éducation des citoyens aux comportements vertueux ne peut pas fonctionner non plus: Lorsque nous achetons un produit, il est impossible de savoir quelle quantité de gaz à effet de serre (GES) a été émise, et quelle quantité d’énergie a été utilisé pendant sa production. Pour chacun des produits que l’on achète, Il faudrait passer 3 heures sur Internet, et aller faire un tour dans l’usine de production, pour avoir ces informations.

Le Nutella plus cher que le caviar

S’il on comptabilisait les emissions de CO2 des feux de forets de type tourbières (sols de matière organique non-décomposée qui brulent pendant des mois) qui ont lieu en ce moment en Indonésie, dans le prix d’importation de l’huile de palme, nous aurions des surprises. (et pourquoi pas compter aussi la perte de la biodiversité) Légalement ou illégalement, la forêt est brûlée à une vitesse astronomique pour finir en plantations de palmiers à huile (2) (3) (4) (5) (6) (7) , Vu l’énormité des incendies en 2015, le « Nutella » vendu en 2015 (Principalement constitué d’huile de palme) deviendrait probablement plus cher que le caviar! (8) (9)

DE QUOI S’AGIT T’IL ?

L’impôt carbone, ce serait en quelques sorte des ‘LUNETTES DE L’ÉNERGIE’ permettant de voir le contenu carbone des produits. (10) Nous pourrions meme imaginer de rendre obligatoire dans un système comptable pas si complexe que cela, l’affichage sur les produits de leur contenu carbone. (de la même manière que l’on oblige l’affichage des glucides, protides et lipides dans les produits alimentaires)

Il s’agirait d’un impôt qui viendrait remplacer progressivement les autres types d’impôts, qui en général pèsent sur le travail… Pourquoi a-t-on taxé le travail? C’est la manière la plus simple: On a placé simplement des impôts au moment des transferts d’argent: Quand quelqu’un reçoit un salaire, ou quand on vend un produit (ce qui est une autre manière de taxer le travail, en quelque sorte) À tous points de vue, un impôt sur les ressources serait une bien meilleure chose que sur le travail. (voir plus bas: Effets Accessoires Positifs De L’impôt)

Il s’agirait d’un impôt, à taux très fort, mais très progressif, sur les émissions de gaz à effet de serre (taxe) sur la totalité des biens de consommation, et des services, de quel type qu’ils soient, sans aucune exception. Car les exceptions ont toujours des effets pervers (11). Ceci serait beaucoup plus efficace et aussi plus facile à mettre en œuvre que les marchés ou quotas de CO2, lesquels ne marchent pas vraiment. (inconvénients des marchés du carbone: Note (12)

Différents pays, dont la France, ont déjà mis en place une ’taxe carbone’, mais à des niveaux ridiculement faibles au regard de l’objectif à atteindre, et ne s’appliquant qu’à des zones très partielles de l’économie. Il est difficile d’imaginer une réelle efficacité de l’impôt pour decarboner notre économie, en dessous de PLUSIEURS CENTAINES D’EUROS LA TONNE DE CO2. (ou équivalent pour les autres gaz à effet de serre) mais évidemment ce taux doit être très progressif et augmenter d’année en année sur 30 ans. (Une grande inconnue subsiste: De combien doit être réellement le niveau de cet impôt pour diviser par 6 en 2050 nos émissions de gaz à effet de serre ? (13)

On entend dire: « Comment? Plusieurs centaines d’euros la tonne de CO2? Alors que l’on ne paye qu’un euro de plus pour compenser les emissions de son trajet en avion ou en train? (en cochant la case correspondante lors de la réservation en ligne du billet) » Ces compensations d’émissions sont scandaleusement trompeuses, et devrait être interdites. (Voir le chapitre «Interdire les Compensations Carbone» dans l’article sur l’éducation) Boutade: Combien de m3 d’equivalent CO2 émis dans l’atmosphère pour un aller-retour Europe / Amérique du Sud ? Réponse: 4 piscines olympiques de CO2… par passager. Soit l’equivalent de 1600 piscines olympiques de CO2 pour un avion de 400 passagers. (incroyable? Calcul en note (14) )

«MAIS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES?»

Du fait de la très forte intermittence des énergies renouvelables, et de leur répartition extrêmement diffuse alors que l’hydrocarbure est une énergie extrêmement concentré, il n’est pas sûr que le remplacement des énergies fossiles par des renouvelables puisse constituer la majeur partie de la réduction des GES. Il est beaucoup plus probable que la réduction soit le faite d’économies d’énergie plutôt que de leur remplacement. En fait, si l’on regarde de près, le même Euro utilisé dans les économies d’énergies évite au moins 10 fois plus de CO2 que celui investi dans les renouvelables. De toute façon, là n’est pas le plus important sujet: Quelle importance si à la fin la réussite de la réduction des GES l’à été plutôt grâce aux économies d’énergie ou grâce aux énergies renouvelables? Grâce à l’impôt sur les GES, chaque citoyen, chaque entreprise, pourra réfléchir à son propre niveau, à la meilleure manière de changer ses habitudes: Ou bien moins de consommation d’énergie dans tel cas, ou bien une énergie moins émettrice dans tel autre.

QUELLES RESSOURCES NATURELLES?

Dans le cas des gaz à effet de serre, la ressource naturelle à préserver est l’atmosphère qui se réchauffe. Mais le carbone fossile extrait des sous-sols est aussi une ressource naturelle précieuse à ne pas gaspiller trop vite: Un seul litre d’essence, c’est la même énergie mécanique que 10 jours de pédalage d’un esclave (15) Et beaucoup parlent de la taxe carbone comme une approche ‘systémique’ du problème de l’énergie et du climat. Mais dans une approche vraiment systémique, on aussi devrait considérer d’intégrer à ce système d’impôt TOUTES les ressources naturelles, quelles qu’elles soient. Il ne faut pas que l’économie des gaz à effet de serre se transforme en pollution accrue dans d’autres domaines: Par exemple: La fabrication de gigantesques aimants métalliques pour les éoliennes, nécessite une quantité phénoménale de « terres rares”, avec à la clé une pollution chimique épouvantable dans certaines mines en Chine, pollution comparable à Tchernobyl (Source: (16). Il faut intégrer les autres pollutions environnementale dans ces impôts sur les ressources, au niveau international. Sur une planète aussi largement dominé et transformé par les hommes, la gestion des externalités doit s’automatiser: Cela ne doit plus être au juge de faire payer un pollueur suite à une pollution. Cela devrait être au fonctionnaire d’estimer l’impact d’une activité sur les ressources naturelles, et d’imposer l’activité en consequence, au moment où elle commence.

Dans leur principe de fonctionnement, ces impôts s’apparentent à des taxes sur les produits. Mais le terme de taxe pose problème pour plusieurs raisons: Voir l’article détaillé: La Taxe Carbone N’est Pas Une Taxe.

INJUSTICE ET IDEES DE SOLUTIONS: TVA NULLE SUR L’ALIMENTATION, etc.

Des études (source: Note (17) montrent que les classes sociales plus modestes dépensent une plus grande proportion de leurs revenus dans des biens de consommation riche en énergie, et en produits pétroliers (18). (Les classes plus élevées peuvent habiter en centre-ville plus prêt de leur travail, et utilisent en proportion plus de services, un peu moins intenses en GES que les besoins de bases.) Donc l’augmentation du coût de l’énergie tend à impacter plus les pauvres que les riches.

Pour contrebalancer cela, certains ont proposés, que le produit national (dans le cas d’une nation) de l’impôt carbone, au lieu d’être compensée par la baisse d’autres impôts, soit plutôt reversés à chaque citoyen, sous la forme d’une allocation identique pour tout le monde. Dans le cas d’un fort impôt carbone, ceci s’apparenterait en fait à un ‘revenu universel’, une idée à la mode. Dans un monde infini, et philosophiquement, c’est une belle idée. Mais dans notre monde limité, et où l’énergie va commencer à manquer (80 % de notre énergie est fossile) Il n’est peut-être pas forcément judicieux d’encourager les citoyens à ne rien faire, et à faire des enfants s’il ne savent pas comment subvenir à leurs besoins ensuite.

Voici peut être une meilleure idée pour compenser le désavantage des classes sociales modeste vis-à-vis de l’impôt carbone: Baisser progressivement la TVA sur les produits de première nécessité. Par exemple baisser la TVA sur l’alimentation. (Note: Cela ne ferai pas baisser le prix de la viande! (19) Et en fait, parce que le méthane émis par les vaches, en même temps que d’avoir un effet de serre extrême, reste seulement 12 ans dans l’atmosphère, alors le premier impôt le plus facile et urgent, pour commencer à descendre la température, est celui sur le bœuf. )
La TVA sur l’alimentation est déjà faible avec un taux de 5 à 7 % environ en Europe, par exemple. Alors, au fur et à mesure des années, à mesure que l’on augmente, d’un part, l’impôt carbone et que l’on diminue, d’autre part, les impôts sur le revenu, et en même temps la TVA sur l’alimentation (et autres produits de première nécessité), à un taux équitable, alors sans doute assez vite, on peut imaginer que ce taux nul. (le rendre négatif produirait probablement des effets pervers). Passé ce cap, on peut alors decoder de baissé les autres impôts ou assurances santé obligatoires qui pèseraient encore sur les menages modestes, ou augmenter les ‘primes pour l’emploi’.

Ces mesures permettraient de compenser le coût de l’impôt carbone plus équitablement pour les ménages modestes.

IMPÔT CARBONE IMPOSSIBLE AU NIVEAU INTERNATIONAL ? SOLUTION:

Si les pays du monde appliquent différent taux de taxe carbone – il est difficile d’imaginer qu’ils appliquent tous le même – alors les pays appliquant un fort impôt carbone auront tendance à faire face à encore plus de délocalisation. S’ils décident d’appliquer le même impôt à la frontière sur les produits importés, les autres pays seront en très fort désaccord… Mais en fait, il n’est pas vraiment équitable que le pays importateur garde pour lui le produit de cette taxe. Cela peut paraître étonnant, mais il faut à l’inverse le reverser au gouvernement du pays exportateur! Explication: Solution Equitable pour une Taxe Carbone Internationale: La Reverser à La Chine

EFFETS ACCESSOIRES POSITIFS DE L’IMPÔT RESSOURCES…

Une grande partie des impôts pèsent, directement ou indirectement, sur le travail. Il y a une meilleure manière d’organiser les impôts qui pèsent sur les activités humaines. Jusqu’à aujourd’hui, pour augmenter la production d’un produit ou service donné, Il est moins cher de minimiser toujours plus le travail des hommes (car c’est ce qui a été de plus en plus taxé), et de maximiser la consommation ou la destruction de ressources naturelles, puisqu’elles ne sont jusqu’à maintenant toujours très peu taxées. Non seulement la métamorphose de l’impôt résoudrait la pression devenue insoutenable qui pèse sur les ressources, mais cela produirait aussi un certains nombres d’effets positifs sur notre vie de tout les jours.

Examinons quelques exemples:

Moins de chômage

Si le travail des hommes est comparativement moins imposé que les ressources et les machines, il sera donc encouragé.

Aspirateur fabriqué ou réparé?

Lorsqu’un de nos appareil tombe en panne il est devenu aujourd’hui très rare que nous cherchions à le réparer: Rien ne nous y encourage: Il est beaucoup est moins cher d’acheter un nouvel aspirateur! Trouver un réparateur pour le réparer serait beaucoup plus cher! Car le travail humain du réparateur est fortement imposé. Alors que l’énergie des machines qui fabrique et transporte sur de longues distances les nouveaux aspirateurs ne l’est pas. En métamorphosant l’économie pour taxer les resources plutôt que le travail, nous ferons ce que dicte le bon sens: Faire réparer au réparateur du coin nos objets du quotidien au lieu de racheter tout le temps des objets qu’on est obligé de jeter.

Perceuse achetée ou louée?

De la même manière, au lieu d’acheter une perceuse, parce que j’ai besoin de faire un trou dans un mur, au lieu d’accumuler des possessions, plein d’objets que je n’utilise que 3 fois dans l’année, je pourrais le louer à un loueur ou une coopérative de quartier qui loue ces objets, car de la même manière, le travail du loueur et même pourquoi pas de celui qui vient m’apporter l’objet chez moi, deviendrai comparativement meilleur marché par rapport à la fabrication de 100 fois plus d’objet pour chaque citoyen qui ne les utilisent que 3 fois dans l’année. Évidemment si j’emprunte l’objet à mon voisin c’est encore mieux, et si le travail de développeurs informatiques devient meilleur marché que l’achat de nouveaux objets, alors il y aura plus de chance qu’une ‘app’ efficace voit le jour pour répertorier et s’échanger des objets entre voisins. Et alors je pourrais aussi essayer et utiliser des objets que je n’aurais jamais pensé acheter. Posséder beaucoup de choses personnelles que je n’ai pas le temps d’utiliser, est-ce vraiment un progrès humain?

Agriculture Fade et Contaminée ou Nutritive?

L’agriculture hyper-industrielle, qui détruit les sols, consomme énormément d’énergie, produit de nombreux gaz à effet de serre, empoisonne notre nourriture et la biodiversité par son approche automatisé des traitements contre les insectes nuisibles en épandages massive de centaines d’insecticides, sera désavantagée par des impôts sur les émissions de GES et sur la destruction des ressources naturelles. L’agriculture à taille humaine, demandant un peu plus de main-d’œuvre pour observer et traiter petit à petit l’écosystème agricole, prendre soin de l’être vivant qu’est ce système, et produisant des aliments de bien meilleure qualité nutritive, sera alors avantagée comparativement. Aussi grâce a la diminution des impôts sur le travail. Par rapport à l’agriculture industrielle, les nouvelles agricultures résiliantes de type permaculture, sont plus intelligentes et avancées scientifiquement dans l’étude des écosystèmes agricoles. Et si l’on prend en compte tout les facteurs nutritifs, sanitaires et environnementaux, l’agriculture industrielle n’est en fait pas moins cher que la bio. (20) (21) Et la quantité de viande que nous consommons dans les pays développés, en plus d’être responsable du quart de nos émissions de GES est insoutenable et néfaste à tous les niveaux. (22)

Relocalisations, économie à échelle humaine:

Si l’on compte ce que coûte en émissions de GES le transport de marchandises sur de très longues distances, nous aurons une économie plus humaine, moins quantitative et plus qualitative. Avec à tous les niveaux des échanges humains encouragés, par le travail moins taxé en comparaison. Le divertissement ou le spectacle local serait aussi avantagé par rapport aux séjours touristique industriels en avions.

CONCLUSION: SURSAUT OU CATASTROPHE

Il faut bien comprendre ce que cette métamorphose veut dire: Cela ne pourra pas être vivre ‘comme maintenant’ avec des énergies propres qui remplaceraient les fossiles au meme niveau de consommation. Nous devons diviser par 6 nos émissions de gaz à effet de serre personnelles en 30 ans, et cela va changer petit à petit beaucoup de choses dans notre quotidien: Moins de transport longues distances de toutes sortes (et beaucoup moins de trajet en avion), beaucoup moins de viande, des voitures beaucoup plus petites, moins de technologie obsolète, et plein d’autres choses. L’effort à faire est très important…

…C’est une transformation de notre quotidien durant les 30 prochaines années beaucoup plus importante que durant les 30 dernières années.

En dehors de la catastrophe climatique, nous n’avons pas d’autres choix. Malheureusement, dans notre monde qui grandit un peu trop vite, les citoyens du monde ne sont pas encore préparés à ce choix et ce qu’il implique. Malheureusement, les politiques n’arriveront pas demain matin à imposer les lois nécessaires pour inverser la courbe des émissions mondiales de GES à partir de janvier 2016… Mais ils peuvent imposer tout de suite les plus urgente des mesures, clef pour les autres: Des mesures pour l’éducation massive des citoyens/électeurs à la situation du climat et de l’énergie. (Article détaillé)

Alexandre Flet – Novembre 2015

Unknown-1


  1. « Le Plein s’il vous plait! »: http://www.manicore.com/documentation/articles/pleinSVP.html
     

  2. Indonesia is burning. So why is the world looking away? – http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/oct/30/indonesia-fires-disaster-21st-century-world-media
     

  3. http://www.europe1.fr/international/feux-de-forets-en-indonesie-un-francais-accuse-lindustrie-de-lhuile-de-palme-2539809
     

  4. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Les-feux-en-Indonesie-sont-une-bombe-a-retardement-2015-10-27-1373485
     

  5. http://www.huffingtonpost.com/entry/indonesia-fires_5653f44de4b0258edb32c9c4
     

  6. « Carbon emissions from the fires, at their peak, surpassed emissions belched out by the entire United States of America.”- http://www.huffingtonpost.com.au/2015/11/02/indonesia-fire_n_8447584.html
     

  7. Indonesia’s Fire Outbreaks Producing More Daily Emissions than Entire US Economy: http://www.wri.org/blog/2015/10/indonesia%E2%80%99s-fire-outbreaks-producing-more-daily-emissions-entire-us-economy
     

  8. « Carbon emissions from the fires, at their peak, surpassed emissions belched out by the entire United States of America.”- http://www.huffingtonpost.com.au/2015/11/02/indonesia-fire_n_8447584.html
     

  9. Indonesia’s Fire Outbreaks Producing More Daily Emissions than Entire US Economy: http://www.wri.org/blog/2015/10/indonesia%E2%80%99s-fire-outbreaks-producing-more-daily-emissions-entire-us-economy
     

  10. Combien d’énergie fossile a été utilisé pour fabriquer tel vêtement ou produit, et ensuite pour le transporter? (aujourd’hui il n’est rare que les différentes étapes de production ait lieu dans différents continents
     

  11. Effets pervers
    difficilement maîtrisables: Par exemple au moment de la mise en place des taxes sur le carburant en France dans les années 70, le diesel a été moins taxé pour ne pas entraver l’activité des camions et des tracteurs… 40 ans après, la grande majorité des voitures particulières roulent au diesel à cause de cette exception.
     

  12. les inconvénients des marchés du carbone sont assez bien expliqués et sourcés dans l’article Wikipédia anglophone, chapitre “Criticisms”, même si je ne suis pas d’accord avec le premier paragraphe: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Carbon_emission_trading&oldid=675394532#Criticisms
     

  13. Ne faut-il pas aller petit à petit vers un impôt qui, en 2050, multiplierait par 6 le coût d’un produit ou service fortement émetteur de GES ? (par exemple 6 fois plus cher pour un trajet en avion, ou pour un plein d’essence?) Avec un pourvoir d’achat donné, il faut que le prix de ces choses augmente de façon à ce que leur consommation soit divisé par 6. Ces choses seraient-elles sorties du marché bien avant qu’on multiplie leur prix par 6? Certains proposent une multiplication par 2. Mais une multiplication par 2 du prix de l’essence en 2050 est-elle suffisante? Pour l’essence et il semble de toute façon que le pétrole va venir à manquer bien avant. Mais malheureusement il y a bien trop de charbon sur la terre pour espérer que la pénurie nous sauve du changement climatique. (Le charbon peut aussi être liquéfié pour mettre dans les voitures) Il sera sans doute difficile de prévoir à l’avance mais on peut sans doute réajuster les impôts carbone chaque année, en fonction des émissions de gaz à effet de serre de l’année d’avant: Si la trajectoire n’est pas bonne, on peut alors accélérer la métamorphose de l’impôt.
     

  14. Pour chacun des passagers voyageant sur un trajet simple de Paris à Buenos Aires, il faut embarquer 300 kg de kérosène. 5 fois son propre poids, pour une personne de 60 Kg. Ce kérosène, ainsi que de l’oxygène de l’air en quantité équivalente à 16 fois le poids du passager, réagiront ensemble durant le trajet pour former 15 fois son poids en CO2 ainsi que 6 fois son poids en vapeur d’eau, lesquels sont rejetés dans la troposphère et dans la stratosphère. La combinaison des effets de ces gaz rejetés à cette altitude élevée (la vapeur d’eau à très haute altitude a un effet très important) additionné aux émissions annexes comme par exemple la fabrication du kérosène, produit le même effet sur le climat que 2,7 tonnes de CO2 émises au sol (« équivalent CO2 ») soit 45 fois le poids du passager. Pour un aller-retour multipliez les quantités par 2. 2700 * 2 = 5400 Kg d’equivalent CO2. À raison de 2 m3 par Kg de CO2 nous avons: 5400 * 2 = 10800 m3. Soit 4 piscines olympiques de 2500 m3. Un danseur de tango en vacance, c’est pire qu’un américain en 4×4.
     

  15. http://energie-climat.obspm.fr/debats/article/les-esclaves-energetiques … et c’est cette incroyable concentration d’énergie qui est à l’origine de la révolution industrielle moderne et de notre niveau de vie élevé.
     

  16. http://instituteforenergyresearch.org/analysis/big-winds-dirty-little-secret-rare-earth-minerals/
     

  17. Neuhoff, K. (2008). « Tackling Carbon: How to price carbon for climate policy » (PDF). Electricity Policy Research Group. Retrieved August 30,2009.
     

  18. Car les besoins de base, comme chauffer sa maison, ou utiliser sa voiture pour aller au travail quand on habite loin, sont souvent ceux qui sont fortement émetteurs de GES.
     

  19. cela produirait une baisse du prix des produits alimentaires faiblement émetteur en GES, car les autres, et notamment la viande industrielle, très fortement émettrice de GES, serait en conséquence de plus en plus taxé par l’impôt carbone.
     

  20. http://www.courrierinternational.com/article/2003/12/24/le-grossier-mensonge-des-industriels
     

  21. http://www.alternet.org/story/13904/the_seven_deadly_myths_of_industrial_agriculture%3A_myth_three
     

  22. Il faut au minimum 7 protéines végétales pour produire 1 protéine animale. Et il faudrait quatre planètes pour pouvoir nourrir le bétail, si les trois quarts du monde moins développés voulaient consommer la même quantité de viande. Il y a quelques milliers d’années, il nous fallait à nos chasseurs-cueilleurs pas mal de surface pour chacun, afin que la nature sauvage puisse se régénérer en végétaux comestibles et gibier sauvage: Avant l’apparition de l’agriculture, la population de chasseurs-cueilleurs que le continent européen était capable d’alimenter, était d’environ 300 000 personnes. ( http://www.amazon.fr/Toute-lhistoire-du…/dp/2253118605 ) Avec l’apparition de l’agriculture, et de ces protéines végétales ( voir les « paires alimentaires » en fonction des types d’agriculture des différentes régions du monde: http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_aminé_essentiel#Les_paires_alimentaires
    ), nous avons appris à nous nourrir de manière beaucoup plus efficace avec beaucoup moins de surface nécessaire pour chaque être humain: Sur le même continent Européen nous sommes alors passé à 30 millions d’habitants: L’apparition de l’agriculture, la « révolution néolithique », avec notamment son remplacement des protéines animales sauvage par des protéines végétales a permis une multiplication par 100 de la population humaine sur le même territoire! (certes il y a eu aussi l’élevage, mais jusqu’à très récemment, on ne consommait de la viande qu’une à deux fois par semaine) la révolution néolithique et donc une révolution « d’économie »: C’est une avancée remarquable puisque chaque être humain a besoin de 100 fois moins de surface pour vivre! Ensuite nous arrivons à une autre révolution, la « révolution industrielle », et en prolongement de celle-ci, au 20ème siècle, on a une multiplication par cinq de la consommation de viande par Européen. (100 kg de viande par européen par an en moyenne) En remplaçant à nouveau des protéines végétales par des protéines animales, il faut donc re-multiplier les surfaces agricoles nécessaires à l’alimentation de chacun… Et de fait, la moitié de l’alimentation du bétail européen provient d’autres continents: Nous serions bien incapable de nourrir tous ces animaux que l’on veut manger, avec les seules céréales des champs européens… S’agit t’il d’une evolution ou d’une regression?
     

2 Données Pour Hanter Vos Nuits Avec le Changement Climatique

20 novembre 2011

Faisons simple. Tout le monde comprend que le changement climatique c’est mal, mais la majorité des électeurs n’en comprennent pas la gravité pour notre civilisation. C’est parce qu’ils n’ont pas les bonnes données. Alors regardons simplement 2 bonnes données simples sur le changement climatique. L’ignorance fait du changement climatique ‘un sujet parmi d’autres’ dans les informations et dans le discours politique alors qu’il doit d’urgence devenir le sujet central de tout discours quotidien politique ou sociétal.

DONNÉE 1:

Nous avons déjà augmenté la température moyenne de la planète de 0,7°C, ceci, à l’échelle de la planète Terre, est déjà énorme: Selon un rapport du Global Humanitarian Forum dirigé par Kofi Annan (1), cela provoque déjà 300 000 morts par an et des millions de déplacés par an. (Exemples: Les tempêtes plus importante au Bangladesh amène de l’eau de mer dans les terres et salinise les champs fertiles, et en Afrique la changement climatique accélère la désertification, les gens ont du mal à nourrir leur famille, et ils doivent partir vivre ailleurs.)

DONNÉE 2:

Si l’on se base sur une moyenne théorique de 3 millions de déplacés par an (moyenne sans doute optimiste car ce rapport du GHF (2) date un peu et la température continue à augmenter), alors cela fait 30 millions de personnes à reloger chaque décennie. Nous sommes 1 milliard de riches, principalement en Europe et en Amérique du Nord, à être responsable de la plupart des émissions de gaz à effet de serre, donc ce serait logiquement à nous de nous débrouiller pour les loger d’une manière ou d’une autre. Pour fixer les idées, Imaginons un instant qu’on accueille ces gens dans nos propres immeubles: 30 millions pour 1 milliard, cela veut dire que dans votre immeuble d’environ 70 personnes par exemple, il faudrait loger 2 nouveaux réfugiés climatiques à chaque décennie. Si l’on compte les 15 dernières années et les 30 prochaines années, on arrive à une dizaine de réfugiés dans votre immeuble de 70 personnes. Malheureusement les ennuis planétaires ne seront pas proportionnels au dérèglement du climat mais exponentiels: Si l’on augmente votre température corporelle de 0,7°C peut-être vous sentirez une petite fatigue passagère mais ça ira quand meme. Si l’on augmente celle-ci de 3 degrés vous avez une énorme fièvre et vous n’êtes plus opérationnel. Pour les écosystèmes c’est pareil, 3°C, c’est absolument énorme. Au lieu des 3 millions de réfugiés par an il faudra probablement tabler sur un minimum de 15 ou 50 millions… Donc finalement dans 20 ou 30 ans dans votre immeuble de 70 personnes il vous faudra probablement plutôt accueillir entre 30 et 80 réfugiés climatiques. Il vous faudra probablement rajouter un lit individuel dans votre chambre, si ce n’est pas un lit double.

This is not gonna fucking work. Bien avant que des lois totalitaires vous oblige à accueillir pour la vie une famille de réfugiés chez vous, la sagesse du monde aura eu le temps d’exploser plusieurs fois. Et il n’existera pas de mur assez haut dans le cas où nous choisirions de nous isoler. Dans le contexte actuel nous avons parfois peur des extrémismes religieux ou politiques. Mais ces extrémismes ne sont pas cause de chaos, ils sont la conséquence (3) du chaos (4). Dans son livre “Les Guerres Du Climat” (5), Harald Welzer raconte comment, par exemple au Rwanda, des idées racistes sont nées a cause d’un stress trop grand sur les resources et de la difficulté pour la population de nourrir ses enfants. On aura un beau chanter « Imagine » de John Lennon autant qu’on voudra, aucune philosophie humaniste ne résiste à la faim. Quand l’énergie fossile viendra à manquer dans une région du monde (6), bon, il faudra probablement petit à petit ‘désindustrialiser’ l’agriculture très fortement consommatrice d’énergie, pour réinventer des petites agricultures plus résiliantes de type permaculture, nécessitant plus de main-d’œuvre. La main-d’œuvre n’est pas le plus gros problème. Mais si en même temps le climat change trop vite? Que se passerais-t-il si de grands pays possédant l’arme nucléaire se mettaient à avoir faim? Nous laisseraient t’ils en paix derrière nos murs?

Par le passé le climat de la Terre a plusieurs fois changé, aussi bien avant qu’après l’apparition des hominidés. Mais aujourd’hui le changement que nous provoquons est 50 fois plus rapide que les autres: Plusieurs degrés en moins d’un siècle. Certains scientifiques pleurent déjà publiquement en parlant des boucles de rétroaction possible du climat comme par exemple le Permafrost qui semble fondre dans les régions froides libérants des quantités colossales de méthane. Certes le méthane atmosphérique est dégradé en quelques années par l’action du soleil, mais un enfant de 10 ans peut comprendre que si une très grande quantité est relâchée 50 fois plus vite que pendant les cycles climatiques passés de notre planète, alors une très forte inconnu pese sur l’augmentation réelle des températures dans les décennies à venir. Ces discussions politiques actuelles sur le nombre de degrés en plus que l’on déciderai en fonction du nombre de ppm de CO2 dans l’atmosphère que l’on émettrait ont-elles vraiment le sens qu’on leur accorde? S’il faut bien sûr chercher à prédire l’avenir, il faut aussi comprendre que l’on a une idée extrêmement vague de quoi il sera fait, en terme de migrations trop rapides des écosystèmes (7), de réfugiés climatiques, de guerres du climat, et de boucles de rétroaction soit naturelles soit liées à ces guerres. Les rapports à la mode cherchant à chiffrer financièrement les dommages du changement climatique ne sont-ils pas absurdes et indécents?

LE MAUVAIS CAP

En 2009 à Copenhague nous avons ‘décidé’ de maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C. Ceci impliquerait de ralentir nos émissions de 900 millions de tCO2e chaque année. (pour atteindre une division par 3 des émissions mondiales en 2050) Or depuis 2009 nous avons continuer à les accélérer de 700 millions de tCO2e chaque année. Nous nous éloignons chaque année un peu plus vite du but à atteindre. (Voir schemas: (8)) James Hansen, ancien directeur au sein de la NASA, explique: « Plus nous attendons, plus cela deviens difficile. Si nous avions commencé à décroître nos émissions en 2005, alors nous aurions seulement eu besoin de décroître de 3 % par an pour stabiliser le climat pendant ce siècle. Si nous commençons l’année prochaine, nous devons décroître de 6 % par an, et si nous attendons 10 ans, nous devrons décroître de 15 % par an, extremement difficile et cher, peut-etre impossible [dans un monde en paix]. Mais nous n’avons meme pas commencer à décroître. » (9)

Si vous habitez une maison un peu bancale dont vous savez qu’il y a 5 % de chances qu’elle s’effondre, vous aurez sans doute du mal à dormir et vous ferez beaucoup de cauchemar la nuit. Ce n’est pas des terroristes qu’il faut faire des cauchemars, mais du changement climatique.(10) Selon les convictions du scientifique où de l’expert politique que l’on écoute, nous aurions peut-être entre 1 % et 50 % de chances que notre monde s’effondre totalement. (11)

Si un architecte construit une maison en expliquant qu’il y a 10 % (ou meme 1%) de chances qu’elle s’effondre totalement, personne n’achètera cette maison. Mais c’est – exactement – le monde que nous sommes en train de construire pour nos enfants et nos années futures.

Alexandre Flet – Novembre 2015

 

Unknown

 


  1. « Human Impact Report – Climate Change (2009) – The Anatomy of a Silent Crisis »
     

  2. « Human Impact Report – Climate Change (2009) – The Anatomy of a Silent Crisis »
     

  3. Les printemps arabes (en partie à l’origine de la guerre en Syrie) ont été initiés par un prix très élevé sur les céréales en 2011 à cause de très mauvaises récoltes dû au changement climatique.
     

  4. «How Climate Change is Behind the Surge of Migrants to Europe»: http://time.com/4024210/climate-change-migrants/
     

  5. HARALD WELZER «Les guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle»
    http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-actuel/Les-guerres-du-climat
    http://www.sortirdupetrole.com/livres/124-les-guerres-du-climat
     

  6. Nous pensons parfois que la technologie va nous sauver, mais il y a une grande différence entre la technologie et l’énergie. Si la technologie a fait des progrès miraculeux et exponentiels, l’énergie a fait relativement peu de progrès depuis la Préhistoire: Les premiers hommes utilisaient le feu et aujourd’hui nous utilisons toujours la combustion du carbone, du charbon du gaz, du pétrole, et encore du bois, pour 80% de notre production énergétique mondiale… Les énergies renouvelables ne remplaceront jamais, à l’échelle de la planète, nos énergies fossiles, au niveau de nos consommations actuelles. (À moins d’une improbable et miraculeuse découverte scientifique demain permettant de stocker très efficacement l’électricité pour très peu de ressources en matériaux)
     

  7. Changement du climat déjà trop rapide pour la migrations des écosystèmes: Gilles Boeuf à 7 minutes de la video «2 degrés avant la fin du monde» : https://www.youtube.com/watch?v=Hs-M1vgI_4A
     

  8. Voir les 2 schemas dans le chapitre « Mesure 3: Equation de Kaya » de l’article sur l’éducation
     

  9. « James Hansen: Why I must speak out about climate change” : https://www.ted.com/talks/james_hansen_why_i_must_speak_out_about_climate_change#t-1020648
     

  10. «Why Climate Change and Terrorism Are Connected»: http://time.com/4113801/climate-change-terrorism/
     

  11. «Si cela s’avérait exact, ce que les auteurs prédisent pour le siècle en cours, les écosystèmes de la planète, tels que nous les connaissons, pourraient rapidement et irréversiblement s’effondrer.»: http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3422_point_non_retour_Terre.php

     

La Taxe Carbone n’est pas une Taxe.

24 novembre 2015

La taxe carbone n’est pas une taxe au sens usuel du terme en langue française. Dans la langue de tous les jours le mot ‘taxe’, est synonyme de ‘frais à payer’. Or, de la façon dont elle doit être mise en place idéalement, il s’agit d’une métamorphose de l’impôt. D’une métamorphose de l’économie. Et ici il n’y a pas de frais à payer. Il faut un autre mot. Le terme ‘Contribution Energie-Climat’, n’est pas mal. Il a été choisi par la France en 2013 pour sa toute premiere ‘taxe carbone’. On pourrait aussi proposer le terme ‘impôt climat’. Mais ces termes ne sont peut-être pas à la mesure des profondes mutations de ce que cet outil politique pourraient engendrer sur nos sociétés, s’il était mis en place à un niveau suffisant. De nouveaux termes plus forts seraient à méditer. ‘Renversement carbone’ ? ‘Impôt resources’ ou ‘impot resources supplantif ou renversif’ ? (‘supplantif’ et ‘renversif’ ne font pas encore partie de la langue française! Il faut peut-être faire travailler des linguistes sur la question)

Beaucoup parlent de la ‘taxe carbone’ comme une ‘taxe pigouvienne’(1): Une taxe destiné à integrer au marché économique le cout d’externalités négatives, par exemple de pollution dont on pourrait chiffrer le coût. Il est vrai que beaucoup s’amuse à chiffrer les dommages du changement climatique: Nombreux sont les rapport d’économistes tentant d’en estimer les coûts, souvent pour tenter de remuer les politiques sur la question climatique. Mais cela n’a que très peu de sens.

Le système planétaire climatique, économique, et social est un système extrêmement complexe, et nous n’avons absolument aucune idée de ce qui va se passer dans les décennies à venir. Face a une petite pollution marginale précise, déjà expérimenté par le passé, nous pouvons bien parler de coût pour la réparer puisque nous l’avons déjà expérimenté, et nous pourrons décider d’une petite ‘taxe pigouvienne’ sur cette externalité marginale. Mais pour le changement climatique nous ne pouvons plus parler de coût ni d’externalité: Comment chiffrer la perte massive de vie humaines, le déplacement de réfugiés climatiques, les guerres du climat, et la perte d’écosystèmes et de biodiversité, alors que nous n’avons aucune idée de l’ampleur de tout ceci dans les décennies à venir?

Il faut laisser tomber cette idée de coûts (2), et mettre les choses clairement à plat: Quel est notre but? Notre but n’est pas de ‘taxer’ pour faire ‘payer’ des choses qui n’existent pas encore, et dont on n’a aucune idée précise. Notre but est simplement de diviser par 3 les émissions de gaz à effet de serre mondiales en 35 ans…! (Simple!) Alors que celles-ci continuent encore et toujours à augmenter actuellement. Pour cela nous devons mettre un impôt carbone dont le taux doit être progressif mais très fort, et le cap de progression de ce taux doit être recalculé chaque année, non pas en fonction de coûts hypothétiques complètement inconnus, mais en fonction de la distance qui nous sépare du but à atteindre et de la vitesse que l’on s’est fixé. Donc les termes de ‘taxes pigouviennes’, ou ‘taxes carbone’, c’est bon pour les petites taxes, les petites choses marginales de l’économie dont on connaît bien les coûts mais dans le cadre de la décarbonisation nécessaire de notre économie mondiale, Il serait bon de trouver un autre mot. Car l’argent collecté n’est pas reversé à quelque chose de précis comme c’est le cas pour une taxe, par exemple la réparation d’une pollution. Puisque par définition les problèmes sont futurs et incertains, l’argent collecté doit être reversé à la partie non émettrice de carbone de l’économie, par exemple le travail des hommes et les produits localement produits de première nécessité.

Et le terme de taxe pose aussi problème pour les électeurs car il signifie dans son sens commun ‘quelque chose en plus à payer’, alors que nous avons besoin de termes et de mesures politiques extrêmement claires afin que tous les électeurs les comprennent et les acceptent.

Alexandre Flet – Novembre 2015

Unknown-4compr


  1. Taxe pigouvienne: https://en.wikipedia.org/wiki/Pigovian_tax
     

  2. Sauf dans le cas de pays déjà atteints par le changement climatique, qui réclament déjà, légitimement, des compensations financières.